22 Éléments composants du Livre et du Document

220 Vue d’ensemble

  1. Éléments matériels

    Substance, matière (support, surface). Forme matérielle (figure), dimensions (format).

  2. Eléments graphiques (Signes).

    Texte.

    Ecriture phonétique (Alphabet).

    Notations conventionnelles.

    Illustrations.

    Images (Reproductions concrètes). Dessinées (Images à la main). Photographiées (Image mécanique). Schéma (Diagrammes) (Reproductions abstraites).

    Etablis à la main.

    Résultat d’un enregistrement mécanique. Décoration du livre.

    Fig urines, culs de lampe, rinceaux.

    3° Eléments linguistiques.

    Langue du livre.

    4° Eléments intellectuels.

    Les formes intellectuelles du livre (Exposé didactique; rhétorique, genres littéraires, formes bibliologiques).

    Les données du livre. (Matière scientifique ou littéraire, res scripta).

Un livre est la réunion de feuilles de papier imprimé. Sur ces feuilles, l’impression, divisée par pages est dispo sée, recto et verso, de façon à ce que les pages se succèdent en ordre, après la pliure; car ces feuilles seront pliées plus ou moins de fois sur elles-mêmes selon le format extérieur prévu pour le livre. Puis elles sont cascm-blées suivant un numérotage, indépendant de la pagina-lion. On nomme ce numéro de feuille la signature de fa feuille. Une fois réunies dans leur ordre, on y ajoute, en tête, le titre qui généralement n’est que la répétition de la couverture (le faux titre qui précède ne donne que l’indication du livre), les feuillets contenant la préface, avant-propos, avertissement. On place soit en tête, soit en fin de volume la table des matières. On ajoute les hors-texte, cartes, planches, tableaux, etc. On coud les feuilles, puis on broche, on cartonne ou on relie: C’est le livre. (Bourrelier.)

Un livre est composé de plusieurs éléments: éléments intellectuels (idées, notions et Faits exprimés), é/émenis matériels (substance ou matière disposée en feuilles d’un certain format, pliées en pages) et éléments graphiques (signes inscrits sur la substance). Les éléments graphiques sont le texte et l’illustration. Le texte se compose d’écriture alphabétique et de notations conventionnelles. L’illustration comporte les images, soit dessinées (images à la main), soit photographiées d après nature (images mécaniques). Les illustrations sont placées dans le texte ou publiées sous forme de plan­ches imprimées au recto seulement, jointes au texte ou mises hors texte, ou réunies en album ou atlas séparé du texte, mais faisant partie intégrante de l’ouvrage.

Le livre peut être envisagé:

1° Comme contenu: les idées qui se rapportent a un certain sujet ou matière, considérés dans un certain lieu et dans un certain temps.

2° Comme un contenant: une certaine forme de livre et une certaine langue en laquelle les idées sont exprimées.

Ces formes, à leur tour, sont de deux espèces:

  1. la forme de l’exposé objectif, didactique, scientifique, forme susceptible de progrès constant et qui sont comme les moules préparés pour recevoir la pensée;

  2. les formes littéraires proprement dites correspondant aux genres et espèces qu’étudie la Rhétorique.

Ces éléments servent de base à la classification.

221 Eléments matériels

Les éléments matériels du Livre-Document sont constitués par son support, dont les substances peuvent être variées, diverses les formes et dimensions, et distinct le corps même de son enveloppe ou couverture.

221.1 Substance ou support

221.11 Notions

  1. La principale substance sur laquelle sont portés les signes et qui en constitue le support est le papier.

«L’ère du papier», c’est même une des épithètes qui caractérise le mieux notre époque, mais le papier n’est qu’une des espèces de s matière inscrivante». 2. Le papier est un moyen de créer et multiplier la surface.

Le papier soulève nombre de questions: La qualité. L’adaptation de différentes sortes aux usages variés auxquels on le destine, la standardisation proposée des formats, celle suggérée de certaine fabrication, les prix en fonction des possibilités de la consommation, les applications inattendue!«et réminiscentes des papiers et cartons. Le papier et le carton sont dans tous les pays devenus des éléments essentiels de l’organisation actuelle.

221.12 Historique

  1. On a écrit sur pierre, sur métal, sur poterie, sur papyrus, sur parchemin et finalement sur papier.

  2. Le Livre de pierre, si solide et si durable, a fait place au livre de papier, plus solide et plus durable encore. «Ceci tuera cela.» (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris.)

  3. Le Papyrus remonte très haut, à 3000 ans avant J. C. soit de plus 5000 ans. 47 I

  4. Les livres sur papyrus ont du être interdits parce qu’on a écrit des livres en prose exigeant beaucoup d’étendue.

  5. Le Parchemin (membrana pergamcna). Il doit son origine a une querelle de Bibliothécaires.’ Pergame et Alexandrie étaient les deux grandes bibliothèques du Temps. Elles rivalisaient pour le nombre des livres. Un souverain d’Egypte, pour enlever aux copistes de Perga-me leur matière première, interdit l’exportation du papyrus. A Pergame, on y répondit en perfectionnant un procédé déjà ancien: l’écriture sur peau: parchemin.

  6. Le Papier a été inventé cent ans après l’ère chrétienne par un Chinois. Tsal-Loune surnommé Tchong. Il avait imaginé non plus d’utiliser un tissu tout formé comme le papyrus, mais de produire l’espèce de feutrage qui est le papier, avec des fibres qu’il demandait aux vieux chiffons, aux débris de filets de pêche et même à l’écorce des arbres. Tsaï Loune trouva, en somme, la méthode générale qui devait se perpétuer jusqu’à nous, dans le procédé de fabrication comme dans la matière première employée.

Le papier était inconnu en Europe jusqu’au XIIe siècle, époque où il fut importé de l’Orient par la voie de la Grèce. Sa préparation fut d’abord concentrée en Italie, en France et en Allemagne au XIVe siècle, et ce n’est que vers le milieu du XIVe siècle, alors qu’il était devenu d’uRage presque général, qu’il commença à devenir le rival du velin comme matière du livre.

Le Papier pénétra dans l’Europe chrétienne avant la fin du XIIIe siècle et alors c’était l’îta’ie qui conduisait le monde. La manufacture de papier ne gagna l’Allemagne qu’au XIVe siècle et ce n’est qu’à la fin de ce siècle qu’elle devint assez abondante et assez bon marché pour que l’impression des livres «oit une affaire pratique.

221.13 La fabrication du papier

  1. Le papier a d’abord été fabriqué à la main, dans des appareils dit «forme». La première machine à papier date de 1828. La fabrication maintenant est continue et aboutit à des rouleaux de papier.

  2. Depuis plus d’un demi-siècle, c’est au bois que l’on demande de fournir la matière première servant à la fabrication du papier. Le bois y sert sous forme, soit de pâte dite «mécanique» entrant dans les papiers les plus ordinaires, soit de pâte c partie chimique». Ce dernier produit provient de la désagrégation du bois par des agents chimiques. Il a beaucoup plus de valeur que les précédents et s’emploie pour fabriquer des sortes de papiers supérieurs.

  3. L’industrie de la cellulose et du papier en Suède et Norvège est actuellement en voie de transformation. En raison d’une moindre longévité du papier préparé avec la cellulose du bois par le procédé au bisulfite de chaux, comparée avec celle du papier de chiffons, on tend à remplacer, pour la digestion de la pulpe de bois, le bisul-? file pat la soude caustique. Celle-ci serait préparée sur les lieux mêmes d’utilisation en prenant du sulfate de soude de fabrication anglaise; ce sel est traité pour soude pat un procédé analogue à celui de Leblanc. Ce mode de préparation de la cellulose est donc appelé fort impro prement procédé au sulfate II donnerait un papier de très bonne conservation.

  4. En principe, le papier est composé de cellulose, c’est-à dite une combinaison dans laquelle entrent 36 grammes de charbon et 41 grammes d’eau.

Le beau papier autrefois se faisait de vieux chiffons de lin et de chanvre, mais les fibres de ces végétaux ont été remplacés par tous les végétaux plus ou moins fibreux ou par ceux dont la tige creuse est désignée sous le nom de paille: riz, maïs, ortie, houblon, genêt commun, bruyère, roseaux de marais, joncs, aloès, agave, bambous, alfa, phormium, tenax, hubuscus, mûrier à papier (broussone-tia), arable papyfera, etc. On a été jusqu’à utiliser les tiges de réglisse, de guimauve, de pois, de pommes de terre, les feuilles de châtaignes, voire même les algues marines.

En Indochine, on imprime sur du papier fabriqué avec du bambou, avec de la paille de riz et du tranh ou herbes à paillottes dont il existe, là-bas, des quantités inépuisables. Le tranh donne un papier très étoffé, très solide; In paille de riz, au contraire, un papier très blanc mais fragile. On va utiliser les plus qui couvrent en Indochine des milliers de kilomètres, et le «papyrus cyperus». qui au Gabon, produit un papier magnifique. On va utiliser également le «ravinata», le «votoro». le «berana», végétaux très abondants à Madagascar.

On a proposé d’utiliser les feuilles des arbres. Elles se composent d’un tissu vert, le parenchyme soutenu par des nervures. Un broyage suivi d un lavage permet d isoler les nervures seules utilisables; le parenchyme tombe en poussière et peut servir à la fois de combustible. La France importe annuellement 500.000 tonnes de pâte à papier, qu’elle paye cent millions de francs. Or ses arbres laissent choir annuellement de 35 à 40 millions de tonnes de feuilles. Il suffirait de 4 millions de tonnes pour fabriquer tout le papier consommé en France et en outre 2 millions de tonnes de fous-produits utiles. [^E. PERIER: «Le monde vivant». Le Temps, 10 juin 1918.]

  1. La fabrication du papier a fait des progrès considé-rables en ces dernières décades. Le progrès a porté sur les machines; il porte maintenant sur les matières employées. On fabrique du papier au latex de caoutchouc qui, par l’imperméabilité qu’il confère aux feuilles, les met à l’abri de tout rétrécissement. N’étant pas absorbant, il demande moins d’encre; sa souplesse facilite la pliure du papier.

  2. Le film en celluloïd est devenu un support dans la photo et dans le cinéma. Il est en voie d’être remplacé par le film sonore en papier, incombustible, complété par le film photographique en papier.

Le papier a été longtemps le support-loi. Le celluloïd, par le film, a tendu à le détrôner. Mais on entrevoit qu’à son tour le papier pourra bien l’évincer.

  1. Ainsi, de compositions en compositions, de substituts en substituts, le papier tend à ne plus être ce qu’il était à son origine, mais sa fonction dominant sa composition, peu importe sa substance, pourvu qu’il puisse le mieux servît soit de support aux signes, s’il s’agit de livres et de documents, soit de support ou de couleurs et de motifs s’il s’agit d’usage décoratif, soit encore de simple protection ou résistance s’il s’agit d’emballage, de couverture ou de confection d objets.

On sait quel immense problème d’ordre économique pose aujourd’hui le papier, à raison du fait que les forêts s’épuisent, qu’on va les chercher de plus loin. On étudie actuellement, dans les laboratoires, le moyen de substituer au bois et à la pâte de bois, des graminées que l’on pourrait faucher tous les ans. qui seraient, en quelque sorte, comme le papyrus ancien, ce qui permettrait de mettre fin à ces hécatombes de forêts, lesquelles pourraient avoir d’autres destinations.

Nous serions à la veille d une révolution dans l’industrie du papier. Les perfeefonnements techniques ont. depuis la guerre, fait passer la production journalière par machine de 30 à 100 tonnes. Mais on considère maintenant pouvoir demander à la paille un substitut du papier. Le nouveau papier pourra mieux être conservé que l’actuel, auquel une longétivlté de quinze ans seulement est assu rée. Du nouvel état de chose résultera un déplacement des centres de production du papier, qui sont aujourd’hui au Canada et en Norvège, le pin et le sapin étant par excellence des arbres à papier.

On est arrivé à une sorte de substance unie mais constamment renouvelée. Le papier blanc des usines se couvre de caractères. On le lit. Après usage on le renvoie aux usines d’où, refondu, il ressort en blanc pour servir de substratum à de nouvelles et éphémères inscriptions.

221.14 Espèces de papier

  1. Les papiers sont d’espèces multiples.[^Cim. Petit amateur de livres. I. Papier.]

Papier vergé. Papier de Hollande. Papier Whatman. Vélin; il a la transparence et l’aspect de l’ancien vélin véritable. Papier de Chine (fabriqué avec l’écorce de bambou). Papier de Japon. Simili Japon. Papier de ramie. Papier d’Alfa. Papier indien. Papier léger. Papier parchemin. Papier Jnseph. Papier végétal. Papier bulle.

  1. La durée d’un livre est en rapport étroit avec la qualité du papier dont il est fait: on pourrait classer les livres de bibliothèque en cinq catégories suivant la qualité du papier employé à leur confection.

  1. Les livres imprimés sur du papier léger, ordinaire, connu sous le nom d’antique ou «poids plume».

  2. Ceux imprimés sur du papier fortement chargé et bien calandre.

  3. Ceux imprimés sur différents genres de papiers d‘art ou papiers couchés.

  4. Les livres faits en papier d’épaisseur moyenne, sans charge excessive de matières minérales et composés en grande partie de cellulose de bois et de paille.

  5. Le papier renfermant plus de 25% de bois méca nique.

Il existe maintenant des papiers en imitalion-couché (supercalandré), si parfaits qu’on peut les utiliser à la place de papier couché. Pour les ouvrages qui réclament beaucoup de texte sous un petit volume, il y a le «papier-bible d, appelé en anglais «india-paper».

  1. Les papiers bouffants, mis a la mode par l’Angleterre et l’Amérique, ont l’avantage d’être légers et par conséquent avantageux tant pour leur prix intrinsèque en poids que pour le prix des livres. Les papiers bouffants d’alfa sont souples et s’impriment bien, niais ils encrassent les caractères parce qu’ils sont fort pelucheux et ralentissent le tirage.

  2. Le papier indien, rapporté de l’Extrême-Orient en 1841, est fabriqué couramment depuis 1874 par la Oxford Universîty Press. Ce papier est opaque, résistant et très mince. Les ouvrages imprimés sur ce papier atteignent à peine le tiers de l’épaisseur habituelle.

Le papier «biblio-pelure-lndia» est extrêmement mince, tout en étant résistant. L’épaisseur des volumes tirés sur ce papier n’atteint que le tiers de celle des volumes tirés sur papier ordinaire. Il peut n’atteindre que 28 grammes au mètre carré, tout en étant parfaitement opaque. Le tirage sur ce papier est destiné aux appartements et aux bibliothèques encombrées.

Le papier léger en poids mais non transparent a de l’importance pour les ouvrages de documentation. Par exemple, le papier de VAnnuaire Militaire de la S. D. N. 1928–1929, 5° année, a permis d’augmenter la matière en diminuant le volume de la publication.

Papier mince, très solide pour le Bordeker de Suisse Doublé en matière sous le même volume. 568 pages plus les cartes ne forment qu’un volume de 25 millimètres.

  1. Le papier Hydroloid «Vi-Dex «ne craint ni les manipulations multiplet, ni la moiteur des doigts; il peut impunément être mouillé, chiffonné et sali; après lavage et séchage, il ressort intact et utilisable. L’encre ordinaire ne subit même pas les atteintes de l’eau.

    221.15 Qualité du papier

L Le papier a pour caractéristiques:

  1. Le format ou la longueur et In largeur des feuilles ou rouleaux.

En 1886 «clé établi à Cross Lichterfelde près de Berlin, un institut pour l’essai du papier. A l’origine, son objet était exclusivement de contrôler tout le papier fourni aux services du Gouvernement prussien. Bientôt. Il fut utilisé aussi par les commerçants résidant en Allemagne et meme à l’étranger, qui désiraient voir vérifier si leurs papiers étaient conformes aux règles formulées par l’Institut. Celui-ci contrôle)a composition, le format, l’épaisseur, le poids, la consistance, le toucher, la résistance à l’humidité et le pouvoir d’absorption, la perméabilité à l’égard de la lumière. Au début, les producteurs allemands se montrèrent hostiles à l’établissement de l’inMitut. Bientôt cette opposition disparut et l’on reconnaît les avantages des essais officiels du papier. Aujourd’hui on attribue à cet institut une partie du succès du développement de la fabrication du papier en Allemagne.[^Essais de fournitures de bureau pour l’administration des postes d’Allemagne. (L’Union Postale, Berne novembre 1927. p. 336.)]

Un laboratoire officiel d’analyses et d’essais de papier fonctionne au Bureau des Standards, à Washington.

Les questions relatives a la conservation du papier ont été examinées par la Commission de Coopération Intellectuelle. Le New-York Times, pour répondre aux desiderata de la conservation du papier, imprime maintenant une édition spéciale sur «All-Rog Paper».

La Library Association (London) a formé un Comité pour l’étude des questions relatives à la durabilité du papier.[^PAQUET. T. Le Papier et sa Conservation. Bulletin Le Musée du Livre, 1925. 61.]

221.16 Consommation et prix

221.161 Consommation

Pour toute la France, la consommation du papier destiné au livre serait de 180 & 200 mille kg. pat Jour, celle du papier à journal de 60 mille kg.

Le tiers de la consommation totale du papier pourrait être du papier d’impression ordinaire, tandis que le papier d’emballage comprend environ les deux tiers.

Ces dernières années, la consommation du bois a considérablement augmenté. La superficie du sol en forêt est de 61 °Î, en Russie et de 4% en Angleterre. Les forêts du Canada et de l’Amérique ont été décimées. Les États-Unis consomment annuellement 90 millions de traverses. Ou prévoit une famine de bois aux États-Unis et nu Canada dans quinze ou vingt ans.

Les États-Unis en 1880. consommaient trois livres de papier à journaux par tête d’habitant chaque année. En 1920, il en consomme 35. Cette année–là. le papier aurait formé un rouleau de 73 pouces de large d’une longueur de 13 millions de milles. Les quotidiens ont une circu­lation journalière de 28 millions de numéros et de l’Atlantique nu Pacifique, il y a plus de 100 quotidiens tirant à plus de 100,000.

Il faut signaler les méfaits de l’industrie du papier au point de vue de la déforestation, Ce sont de véritables forêts qu’il faut, en effet, pour assurer le tirage quotidien de 30.000 journaux, dont quelques-uns s’impriment à plusieurs millions, et celui des 200 volumes, ce chiffre représentant la moyenne de tous ceux oui se publient chaque jour dans le monde. Ces 30.000 journaux, tirant à dix milliards 800 millions d’exemplaires, consomment journellement mille tonnes environ de pSte de bois: exactement 350,000 chaque année. C’est, avec les livres et les revues, la charge de 37,500 wagons de dix tonnes, traînés par 1,800 locomotives, c’est-à-dire à peu de chose près, l’effectif du matériel d’une grande compagnie, ou encore le plein de 180 paquebots. Et encore, il n’est pas tenu compte des papiers d’emballage, cartons, prospectus, papiers à écrire, etc. Aussi bien, c’est 350 millions de m3 que doit fournir chaque année en Europe la coupe de bois. La France en donne 6.5 millions, l’Angleterre neuf millions, et la Russie, la Norvège, le Canada, les États-Unis fournissent le reste. Mais les États-Unis consomment à eux seuls 900 millions de m3. On coupe donc les arbres, on détruit les forêts pour alimenter tous les jours cette fabrication fantastique. Mais un arbre ne repousse ni en un an ni en dix. Une semaine de publication d’un des journaux actuels à fort tirage, c’est une forêt qui sombre quelque part.

221.162 Prix

L’immense consommation de papier de notre temps en a fait une matière à spéculation économique considérable. Pendant la guerre mondiale, après la guerre, le papier a subi des hausses vertigineuses sans rapport avec les conditions normales du marché. La spéculation et 1 Sprete au gain ont été remarquables. La tendance générale aux trusts n trouvé ici des réalisations.

Le papier est tombé de 24 centimes en 1862 à 2 centimes en 1900.

Le papier journal qui avant la guerre se vendait 28 fr. les 100 kg., était en février 1918 à 180 fr

Le prix du papier est devenu excessif dans les pays où la monnaie a été dépréciée au cours de la guerre. On peut dire, par exemple, qu’en Belgique, alors que le coefficient de dépréciation de la monnaie est de 7, on paie jusqu’à 12. 14 et 15 le papier. C’est immédiatement une entrave à la production.

Le papier qu’on payait en 1914. 30 fr. les 100 kg. en France, y monte jusqu’à 415 fr.

Pendant la guerre, le papier et l’argent manquent. Quand le papier a manqué en France, en avril 1916, ’a Presse a sollicité que le Gouvernement obtienne de l’An­gleterre un bateau pour aller chercher la pâte nécessaire au Canada.

La disette de papier amena la suppression de l’étendue des journaux. On parla même de supprimer un grand nombre de journaux.

Arrêté français du 2 février 1918 portant restriction à l’épaisseur des papiers à imprimer, au nombre et à la dimension des affiches, aux dimensions des programmes des théâtres, a l’emploi des gros caractères dans la composition des livres. (Bibliographie de la France, 8 février 1918.)

La cherté du papier conduit à la concision.

Antérieurement, on connut une crise de papier sous la Révolution française.[^Echo de Paris, 26 mars 1916.]

Le vieux papier à sa valeur. On a payé (octobre 1932) tes rognures blanches 125 fr.. le bouquin n° 1 33 fr.. le journal blanc 65, le journal froissé. 26 fr. Par comparaison le journal appelé les bobines se payent 125 fr., le couché blanc supérieur 400, l’impression supérieure 22n

221.17 Usages du papier

Le Papier a des usages multiples. Son usage pour la documentation (écrire et imprimer), mais ses autres usages multiples aussi: embaPage, tentures, matière d’objets usuels (serviettes, nappes, assiettes, plats, gobelets, etc.).

On a tiré du papier des effets mats ou brillants, des loques, des veloutés, des plissés, des grains nouveaux imitant les matières les plus riches, d’une variété insoupçonnée. qui ont fait d’un habillage banal un nouvel élément décoratif. II a un rôle décoratif. Le papier sert à remballage, à la tenture, a la construction de maints objets. C’est une surface souple, simple, pas coûteuse, prête à toutes fins. Le mode de présentation (emballage) exerce une influence prépondérante sur les résultats recherchés par le producteur, le papier assurant aux produits des chances de diffusion sérieuse.

L’usage des boîtes se multiplie avec une variété infinie, à mesure que leur exécution est servie par un matériel mieux adapté. D’autre part, l’emploi du cartonnage publicitaire et même simplement démonstratif et didactique s’est étendu: pancartes, étiquetage, tableaux, des vitrines, formes découpées et autres formules attractives à base de carton. Celui-ci intervient maintenant dans l’enseigne ment pour les constructions du maître et des élèves. Il intervient dans les démonstrations scientifiques et didactiques Par lu! est rendu possible l’établissement de modèles à destination muséographique.

On a opéré des tissages de fil de papier. L’article produit est la toile pour l’emballage et la fabrication de sacs, à chaîne de jute ou alternée avec fils de papier et a trame entièrement en papier. Il est question de fabriquer également des tapis, carpettes, nattes et stores en fil de papier ou combiné avec des textiles.

221.18 Matières supports autres que le papier

Il n y a pas que le papier. On écrit partout, on écrit de tout, on écrit sur tout. Sur tout, cela signifie sur toute matière, et quelle est vraiment de nos jours la matière qui n’ait pas été revêtue de signes ou d’images. Les inventions tendent à pouvoir écrire sur toute matière et à pouvoir fixer une maroue, fût-ce une simple lettre, un numéro sur toutes choses.

  1. On écrit et on imprime sur toile. Ex. albums indéchirables sur toile pour enfants de moins de 5 ans, publiés par la maison Hachette de Paris. Toiles dessinées et peintes avec textes indicatifs pour la confection de poupées. Les tissus ont été aussi des moyens d’écrire, peindre et dessiner. (Voir notamment le Musée des tissus de Lyon). On imprime en 3 ou 4 couleurs sur les sacs de jute à l’aide de rotatives sur lesquelles sont fixés des caractères en simili caoutchouc (système Tyger), Impression directe sur toile pégamoïde de cartes géographiques (système Cremers).

  2. Edison avait annoncé un jour l’avènement de livres en feuillets de niclcel. (Cosmopolitan Magazine. 1911.) Le nickel absorbera l’encre «d’imprimerie aussi bien qu’une feuille de papier. Une feuille de nickel d’une épaisseur d’un dix-millième de centimètre est meil’eur marché, plus résistante et aussi plus flexible qu une feuille de papier ordinaire, de celui qui sert couramment dans la librairie. Un livre de nickel épais de 5 centimètres contiendrait 40,000 pages et ne pèserait que 460 grammes. Or, Edison alors se faisait fort de fournir 460 grammes de ces feuilles de nickel pour un dollar et quart.

La ciselure repoussée peut être, au même titre que l’eau-forte et la lithographie, considérée comme un moyen de reproduction artistique. La dinanderie, qui existe depuis le XIIe siècle, est de la ciselure repoussée sur cuivre. On a plus récemment appliqué le même procédé de repoussage à d’autres métaux, même à l’or. [^L’artiste portraitiste A. Guaisnet.]

  1. L’écriture au tableau noir dérivée de l’écriture sur l’ardoise, joue un rôle réel. La démonstration s’y poursuit en des images, des textes, des équations effacées dès que produites. Un coup d’éponge et le document produit disparaît sans autre trace que dans l’esprit des auditeurs-spectateurs. Les saPes des cours s’entourent maintenant d’une ceinture de tableaux noirs, ou concentrés derrière la chaire, ils y étagent leurs plans superposés et mobiles.

  2. On écrit non sur de la lumière mais en lumière. On a créé des lettres lumineuses permettant d’écrire de véritables phrases, quand elles sont placées dans leur cadre électrique. On écrit aussi en lettres au Néon.

  3. Pendant la campagne électorale, les trottoirs et les rues sont devenus le support des appels aux électeurs.

  4. La firme Savage a créé un projecteur d’un million et demi de bougies, avec lequel elle est parvenue à projeter de la publicité sur des nuages à 2.000 mètres de distance. Les lettres ainsi projetées ont 4C0 mètres de haut. L’appareil est monté sur wagon et un seul opérateur manœuvre toute la machine.

  5. On arrive à imprimer les affichettes sur plaque de zinc résistantes. (E.x.: Compagnie des Messageries maritimes.).

  6. On écrit aussi sur la peau. Le tatouage est bien connu. Mais voici que l’hôpital de Delaware, à la suite de confusions regrettables dans l’identité des bébés qui lui sont confiés fait écrire un numero sur le dos de chacun d’eux à l’aide d’un schlabone et d’une forte lampe solaire.

La Bibliothèque royale de Dresde possèdr un calendrier! mexicain sur peau humaine.

221.2 Formes, Formats et dimensions du Livre et du Document

Il y a lieu de distinguer:

  1. les formes ou dispositions;

  2. les formats ou dimensions.

    221.21 Formes

  3. Le livre a connu des formes très diverses. Il a été successivement en lamelles rattachées les unes aux autres (livres orientaux); enroulé (volumen, d’où volume); en feuillets distincts reîiés ou ligaturés (codex, codices d où code), la forme qu’il a aujourd’hui.

  4. L’histoire du livre montre comment insensiblement d’une forme l’on est passé à une autre forme et sous l’emprise de quelles circonstances la transformation a eu lieu. Ainsi, c’est vers 1263 que le greffier du Parlement. Jean de Montluçon, commença la rédaction du premier Olim. Son travail consista à copier sur des cahiers ou à résumer les décisions anciennes remontant à l’année 1255. qui étaient écrites sur des rouleaux, sur des rôles. Car avant Jean de Montluçon, les greffiers du Parlement, qui semblent n’avoir pas eu de registres, se servaient de rouleaux de parchemins appelés rôles.

  5. De nos jours, le livre, le document se présentent sous cinq formes fondamentales.

  1. En feuille in-folio (placard, affiche, journal, tableau mural.

  2. En volume (codex) relié.

  3. En fiche. Morcelé.

  4. En pliant (carte dans étui).

  5. En rouleau placé dans un étui (plan).

A chacune de ses formes correspondent certains avantages (coup d’œil d’ensemble, document en bibliothèque, accroissement indéfini dans les répertoire»).

Les formes nouvelles possibles restent nombreuses, car rien n’indique que l’évolution les ait épuisées toutes.

  1. Voici quelques formes caractéristiques données aux document».

  1. L’édition imprimée d’un seul côté (sur une face) permet, soit de découper les différents résumés pour lot coller sur des fiches, soit de découper les résumés pour les introduire dans des dossiers sans détériorer ceux placés au dos, soit de prendre des notes au dos de résumés, si on conserve les fac-similés intacts.

Ex.: Bibliographie de PI. I. B.

  1. On a aussi des tirages interfolies de feuilles blanches. Ex. Enquête ethnographique et sociologique sur les peuples de civilisation inférieure par la Société belge de Sociologie.

  2. On a publié des livres formant listes d’adresses gommées a détacher et à donner. Ex. Directory of Libra-ries United States and Canada; Wilson Cy Minneapolis.

  3. Livres à onglets ou à signets. Ex.: Les livres litur giques et les livres à lire fréquemment.

  4. Albums, atlas à transformations, combinaisons amusantes pour les livres d’enfants, combinaisons didactiques dans les livres de science, tels que les atlas anatomiques ou les albums de machines.

  5. La forme livre a été employée pour former diverses collections. Ainsi les albums de timbres, de cartes pos­g) Livre dont une deuxième partie est reliée de manière à permettre, après l’avoir sortie de la reliure et l’avoir déployée, consultation simultanée avec la première partir. C’est en réalité comme si Pon avait deux livres en un.

Utilité. — a) Livres dont l’index doit être consulté fréquemment. b) Atlas et index géographiques à consulter en cours de lecture, c) Livre avec recueil de planches à emporter. d) Modèles à l’appui des règles décrites.

  1. Forme harmonica ou paravent pour un exposé faisant suite.

  2. Livres à parties détachables. Ex. Le Guide allemand des chemins de fer.

Les «Guides Bædeker» ne se vendent qu’en volumes complets et reliés. Mais ils sont divisés en parties bro ebées séparément et qui peuvent se détacher. Dans ce but. on casse le livre au commencement et À la fin de la partie à séparer et Pon aperçoit de la gaze qu’il suffit de couper. Pour mettre ces parties brochées, on vend des couvertures reliées en toile.

  1. Les publications sur fiches sont venues créer un nouveau type de documents basé sur une forme matérielle caractéristique.

  1. Les innovations de formes et matières des livres et leur protection juridique ont fait l’objet d’études du Bureau Permanent du Congrès international des Editeurs (Milan 1906).

    221.22 Formats

  2. Le format de papier est la grandeur obtenue par le pliage de feuille.

Le pliage du papier conduit a son découpage. 4 pliages donnent à découpage 16 parties.

  1. Le pliage des feuilles de papier donne des pages. On obtient successivement par

  1 pliage … 4 pages
  2 pliages … 8 pages
  3 pliages … 16 pages
  4 pliages … 32 pages

Le papier se prete à tous les pliages. Un livre représente du papier plié. Mais la fantaisie des auteurs et des imprimeurs, surtout en matière de publicité, arrive à des dispositifs de pliage variés et parfois surprenants: les pliants, les dépliants. Les grandes cartes pliées indépendantes ou dans les volumes montrent aussi le parti tiré du pliage.

Le pliage des cartes permettra d obtenir devant soi, toujours la partie de la carte que l’on désire consulter.

  1. Dans les ouvrages imprimés les feuilles pliées donnent lieu aux pages; elles forment cahiers qui sont numérotés pour la facilité de l’assemblage et de la reliure. Ce numéro s’établit en petits caractères en bas de page et porte le nom de signature.

  2. La désignation: in-folio, quarto, octavo, etc. prêtent souvent à confusion; elles n’indiquent pas les dimensions du livre, mais bien le nombre de pages à la feuille de papier.

  Un in-folio … 4 pages
  Un in–4° … 8 pages
  Un in–8° … 16 pages
  Un in–16° … 32 pages

soit 2, 4, 8 ou 16 pages sur chaque face de papier.

En Belgique, (d’après de Ruysscher n° 10714) le format de papier commercial appelé coquille en matière de papeterie, varie entre 43,3 × 36.5 et 44 × 56.

En France, il est généralement 44 × 56 et s appelle également coquille.

En Angleterre, sous le nom de médium, l’on emploie le format 45 × 57 et large post 42 × 53.

En Allemagne, le format varie entre 44 × 56, 45 × 59 et 46 × 59.

  1. Les formats anglais sont déterminés par les dimensions suivantes en inches (pouces).

Pott 8vo Fcap 8vo. Crown 8vo Demy 8vo Med. 8vo. Royal 8vo lmp. 8vo. Pott 4to … Fcap 4to Crown 4to 61/8×3 7/8 6 3/4×4 1/4 71/2×5 83/4×5 5/8 91/2×6 1×61/4 Il x 7 1/2 73/4×6 1/8 81/2×6 3/4 10×7 1/2 (Il 1/4×8 3/4 I 12×9 1/2 12 1/2×10 15×11 12 1/4×7 3/4

13 1/2×8 1/2

15×10

17 1/2×11 1/4

19×12

20×12 1/2 22×15 12 1/2×9 1/2 10×7

13 1/2×10 1/2

  Pott Foiio
  Fcap Folio
  Crown Folio
  Folio
  Royal Folio
  Imp Folio
  Music sizes ;
  Royal 4to
  Music 8vo
  Music 4to In-folio
  1. Le format des livres anciennement s’indiquait sous la forme in-4°, in–16°, etc. Pour avoir plus de précision, on le mesure maintenant en centimètres sous la forme de deux facteurs. le premier celui de la hauteur, le second celui de la largeur Ex.: 28 × 12.

Dimensions approximatives des différents formats:

  In-folio
  In–4° 
  Petit in–4°
  Grand in–8° 
  In–8° 
  In–16°
  In–12°
  In–32°
  45 x 32
  33 x 25
  26.5 x 19 25 x 17
  22.5 x 14 19 x 12
  17.5 x 10.5 16 x 10 

Les formats sont quelquefois indiqués conventionnellement. Ainsi, à la Bibliothèque Centrale de Florence et dans beaucoup d’autres, on les a indiqués de la manière suivante:

  In-folio le volume de plus de 38 cm. de haut.
  In 4°  le volume de 28 à 38 cm. de haut.
  ln–8°  = le volume de 20 à 28 cm. de haut.
  In–16 = le volume de 15 a 20 cm. de haut.
  In 24 le volume de 10 à 15 cm. de haut.
  ln–32 le volume ne dépassant pas 10 cm. de haut.

Pour la standardisation des formats, voir n° 412.2.[^Cim: Petit manuel de l’amateur de livres. Paris, Flammarion. (II. Le Format, p. 57–90).]

  1. Table des formats de papier en fonction du poids. — Le tableau de concordance des formats de papier est basé sur la coquille qui mesure 44 X 56 cm. L’emploi du papier en bobines a introduit l’usage d’une base différente de poids au mètre carré.

Il semble, à première vue, qu’il suffit de savoir ce que le papier pèse au mètre carré; cependant, les commandes d’imprimés se font au nombre, et par suite, on a besoin de savoir ce que pèse une rame d’un format donné dans le poids indiqué.

Il y a un certain nombre de formules connues, servant dans les deux sens et dont la table permet, soit de contrôler le résultat, soit de connaître immédiatement ce dont on a besoin.

Voici les formules les plus usuelles:

  Coquille 44 × 36 formule 6
  Raisin 30 × 63 formule 6,1
  Jésus 33 × 70 formule 3,2
  Grand Jésus 3o × 76 formule 4,7
  Colombier 60 × 60 formule 4,13
  Grand-Colombier 63 X 90 formule 3,32

Ex.: La coquille de b kilo«la rame pèse bXb = 64, soit 63 grammes au mètre carré. En divisant ce poids de 63 gr. par La formule 6.1, on aura 10 kg. 633 pour la rame de raisin et l’on commandera du 10 kg. 500. On voit combien il est facile de se servit de cette concordance, de ce barème. Le technicien habitué à manier du papier, juge que celur qu on lui présente est de la force de la coqudlc 8 kg. la rame. Un coup d œil lui apprendra que ce papier pèse 65 gr, au mètre carré, que la rame raisin correspond à 10 kg. 550. il commandera du raisin de 10 kg. 500. On sait que le poids de la rame, ou kilo, multiplie par 2, donne, en grammes, le poids de la feuille; le poids de la feuiile, en grammes, divisé par 2, donne le poids de la rame en kilos. Une rame de S kg. donne 16 grammes à la feuille. La feuille de 20 grammes provient d une rame de 10 kg.

  1. Il y a des formats usuels:

Ainsi, le format ticket.

Le format timbre poste.

On a recherché de meilleurs formats et justifications pour les romans et autre, ouvrages portatifs, plutôt destinés & une lecture rapide qu’à une conservation indéfinie.

Par le format du livre, on a cherché le moyen de le tenir d une main, refermé (lire au lit, en fauteuil, en chemin de fer), plié en deux sans l’abîmer; on a cherché aussi le moyen de mettre le livre en poche (ex.: les catalogues d’expositions et de musées).

Les formats des photographies n’ont aucun rapport avec le format des publications et répertoires.

Le format cahier scolaire.

Le format a une grande influence sur le coût d’impression. On a calculé que le format coquille imprimé sur deux colonnes donne lieu à un prix d’impression inférieur de plus de la moitié de celui du format roman ordinaire.

Le passé a connu les grands formats, les in-folio. Progressivement, on en est venu aux formats réduits d’aujourd’hui.

C’est Aide Manuce qui, pour faciliter la diffusion de la littérature latine, adopte le format petit in–8°. qu’on n’avait employé avant lui que pour des livres de messe.

Grand ou petit livre. — Ils ont l’un et l’autre des avantages suivant le cas. (Ex.: grand ou petit dictionnaire de langue). Avoir tout réuni en un volume est pratique pour la consultation, mais le volume est lourd, se déplace difficilement et son maniement est plut lent lors de la consultation.

On n’a pas renoncé aux ouvrages minuscules. L’éditeur «Taraporevala de Bombay» publie le Koran, le Bhagavad­Gîta, le Khordeh Avesta en petites éditions d’un pouce sur 3/4 de pouce, reliées en métal avec verres grossissants.

Il existe une sorte de compétition entre typographes en vue d’établir le livre le plus petit. Les frères Salmin, éditeurs à Padoue, conservent le record avec un volume lilliputien de 10 X ¡0×7 mm. de 208 pages. Il reproduit l’œuvre de Gaedeo à.Mme Christina di Lorena (16–16).

L’éditeur Payot publie ¡a Bibliothèque miniature (7 X 10 cm.).

221.3 L’enveloppe du Livre: brochage, rognage et reliure

Le livre une fois confectionné a trois besoins:

  1. que les feuilles n’en puissent être dispersées; c’est la fonction du brochage ou ligature;

  2. que les pages puissent être lues sans que le lecteur ait à les découper; c’est la fonction du rognage;

  3. que l’ensemble soit protégé contre les dangers de détérioration; c’est la fonction de la reliure.

Pour maintenir ensemble les feuilles de documents de n’importe quel format et former ainsi des unités composées de rang successivement supérieur (documents distincts), il y a toute une série graduée de moyens;

  1. Place libre en chemise de papier ou carton correspondant à l’unité supérieure (dossier);

  2. Reliure mobile sous couverture commune et qu’on pouira facilement défaire, soit par perforation et liens (types dits bioliorapthes ou classeurs, anneaux, agrafes), soit par pression Latérale (reliure dite électrique).

  3. Reliure fixe aux trois degrés: brochage, cartonnage, reliure proprement dite.

Les trois d:spos.tifs décrits ci dessus (libre, fixe mobile, fixe) ont des avantages et des inconvénients respectifs: a) rapidité d’emploi; b) coût de l’outillage;

  1. sûreté contre l’éparpillement; d) protection contre le frottement et l’usure des feuilles; e) intercalation continue; f) espace occupé; g) aspect extérieur.

3° Broché ou relié.[^Il paraît maintenant un Annuaire International de la Reliure ancienne et moderne (Jahrbuch der Einband-kunst) von Hans Londbier und Erhard Klette: Zweiter Jahrgang 1929. Le Dr. Schreiber a proposé un répertoire d’illustration«concernant les reliures. ]

221.31 Reliure

  1. Fonction. — La reliure peut avoir plusieurs fonctions ou utilités.

  1. Garantir, préserver;

  2. Orner, embellir;

  3. Evoquer le contenu. Symboles;

  4. Significative: aider à signifier, comme par ex.: reliure de couleurs conventionnelles;

  5. Rendre plus compacte. Un exemple d’extrême con­ densation obtenue j’ai une bonne reliure est le «Websters New International Dictionary». Ce dictionnaire comprend 400.000 mots en 2700 pages ne formant qu’un volume.

  1. Espèces. — La reliure de l’époque moderne peut être divisée en trois parties:
  • 1° La reliure d’art;

  • 2° La reliure d’amateur ou de bibliothèque et celle ce luxe;

  • 3° La reliure commerciale et la reliure usuelle (reliure d’éditeur).

La reliure commerciale ne date que d’une soixantaine d’années; elle a pris un développement considérable; elle relève de l’industrie ainsi que la reliure usuelle qui s exécute dans un grand nombre d’ateliers et sert à protéger les volumes des bibliothèques de prêt ou les volumes de peu de valeur: les volumes de prix, étren-nes. les catalogues, etc.

  1. La reliure d’art. — La reliure de notre époque présente certaines caractéristiques. La richesse, la beauté d une matière de choix unie, polie, au grain hn et serré. La gaieté, l’éclat des coloris des cuirs employés. On les découpe en mosaïque, plus ou moins cubistes, où l’or, l’argent et l’ivoire viennent ajouter une note scintillante et qui chatoie.

On emploie les lettres du titre et celles du nom d’auteur comme unique élément décoratif. On perfore les plats du livre et on laisse apparaître des gardes généralement de cuir à travers ces orifices.

Dans la reliure décorative ainsi conçue, on se souviendra qu’un livre est fait pour être placé sur les rayons d’une bibliothèque, doit porter au dos sa signalisation eL que ses plats ne peuvent être ornés d’éléments faisant obstacle à leur insertion dans les séries ou s abîmant à la manipulation. On tiendra compte aussi qu’une décoration somptueuse et ayant exigé beaucoup de travail s’accommode mal de matière première: veau, velin, quand le maroquin existe. La femme excelle dans la reliure comme dans la toilette.

  1. Reliure d’édition. — Jusqu’au milieu du siècle dernier on ne vendra pas de livres reliés en Allemagne; la reliure était l’affaire personnelle de l’acheteur. En 1882, un libraire de Leipzig eut l’idée d’offrir à ses clients des livres reliés et prêts d’être lus.

  2. Procédés de reliure: a) par fil; b) par perforage; c) par pression.

Les machines sont venues révolutionner l’art autrefois tout manuel du relieur. Il y a des machines pour plier, brocher, ronder, recouvrir. Une machine pour ronder a fait passer de 500 ou 1000 à 5000 ou 6000 livres par jour. Machine pour recouvrir des livres et des revues, 22,000 en un jour.

  1. Matières. — Les matières mises en œuvre dans la reliure ont été le bois, le cuir (parchemin, velin chagrin, basane), les étoffes (soie, velours, toile), le papier.

On a fait des couvertures de revues en aluminium (ex.: Revue de l’Aluminium). «J

  1. Dun et Wilson[^Bellevie Bindery Falkirk, Scotland.] ont inventé un nouveau type de reliure pour les périodique. (Nom Fiam). Il consiste en celluloïd non inflammable avec cuir aux angles. La couverture de revue qui est caractéristique et souvent en couleur est visible grâce à la transparence. C’est sans bruit, clair, propre et durable.

  1. Artifices de reliure. — Voici quelques artifices mis en œuvre dans la reliure.

Les coins protecteurs et la base du livre protégées par des lamelles de cuivre.

Intercalation de pages de couleur pour marquer les divisions.

Lu reliure en tranches coloriées (dans les collections de codes).

Les signets de couleurs différentes. (Id. dans les collections de codes.)

On a proposé à l’American Library Association d arrêter pour les reliures de livres des couleurs conventionnelles correspondant aux matières traitées (selon la Classification décimale). 8. Conservation de reliures. — La reliure, pour se conserver, a besoin de soins, surtout quand elle est faite en cuir. Le cuir, en effet, se détériore de par sa matière même. Il faut enduits et onguents pour lubrifier les fibres, les rendre souples et résistantes et parce que rendues moins poreuses, les foire résister aux gaz délétères suspendus dans l’atmosphère.

221.32 Conseils pratiques pour la reliure

  1. Ne pas faire relier les livres récemment imprimés.

  2. Choisir l’époque propice pour l’envoi d’un train.

  3. Laisser au relieur un laps de temps raisonnable.

  4. Pas de recueil factice.

  5. Gare au rognage! Respecter les marges.

  6. Conserver les couvertures imprimées.

  7. Titres à pousser.

  8. Modèles à donner au relieur.

  9. Collationner les volumes; défets.

  10. Il est utile de porter l’auteur et le titre abrégé sur le dos, sur le plat et sur l’envers de la reliure de manière à reconnaître immédiatement l’ouvrage quel que sort sa position.

  11. On trouve dans certains livres un avis au relieur, ce qui est fort recommandable. (Ex.; Atlas des Enfants, Amsterdam Schneider 1773.)

  12. Au point de vue matériel, pour être bien proportionné, un volume ne doit être ni trop épais ni trop mince. Les lourds ouvrages placés debout s’affaissent nécessairement jusqu’à ce que le milieu de la tranche du bas touche la planchette supportant le volume. Les minces plaquettes ont au dos des titres difficilement lisibles. On a été ainsi amené soit à faire deux volumes d’un seul livre trop gros, soit à remettre en un même volume trois ou quatre trop minces plaquettes. En principe, il importe que chaque œuvre distincte conserve son indivisibilité, même après la reliure; c’est la condition d’un classement rationnel.

  13. Les sous titres mal appliqués par l’imprimeur peu-vent être rectifiés par le relieur, de telle sorte que l’identification ne soit pas troublée.

  14. On peut recommander un solide cartonnage sur lequel est collé le titre même du livre broché, qui conserve ainsi l’aspect donné par l’auteur et l’éditeur.[^Cim: Petit manuel de l’amateur de livre, III.]

    221.33 Rognage des livres

]1 est désirable que les livres soient remis aux acheteurs rognés (pages préalablement ouvertes). C’est un gain de temps pour tous; c’est aussi une mesure de protection des livres. On peut faire des tirages spéciaux pour bibliophiles; pour ceux-ci un volume n’a de valeur que s’il a conservé l’intégralité de ses marges; alors seulement il pourra le faire relier comme il l’entend.

Une revue de 96 pages ne peut être coupée par le lecteur en moins de 4 minutes, dont la moitié du temps ne se confond pas avec la lecture; c’est donc pour l’ensemble de 10.000 abonnés une perte sur le temps de la coupe à la machine (qui exigerait environ 10 heures), de près d’un mois de travail à dix heures par jour.