241 Documents dits bibliographiques

241.1 Œuvres spécialisées

On a trois sortes de travaux: des travaux particuliers (analyse, monographie); des travaux généraux (synthèse, théorie); des travaux documentaires, englobant tous les faits particuliers et les ordonnant synthétiquement.

Quatre types caractéristiques d’ouvrages spécialisés sont à distinguer: lu la brochure, le pamphlet, le petit écrit; 2° la monographie proprement dite, brève ou étendue; 3J l’essai; 44° le livre proprement dit, de proportion limitée, distinct du traité et de l’encyclopédie.

  1. Brochure

Ce terme s’applique nu caractère matériel de l’écrit * c’est un écrit de peu d’étendue comparé au livre. Le journal et la revue ont enlevé de son importance à la brochure. Mais pour la propagande, les tracts clairs, courts et suggestifs, sont fort précieux.

Voltaire fit clair, court et vif. Plus de grands ouvrages. De petits in–12°, des brochures de quelques feuilles, c Jamais, disait-il en pensant a l’Encyclopédie, vingt volumes in-folio ne feront de révolution: ce sont les petits livres portatifs à vingt sous qui sont à craindre. Si l’Evangile devait coûter 1200 sesterces, jamais la religion chrétienne ne se serait établie.»

La brochure n’a pas In même vie dans chaque pays. Elle tend à être vendue avec les journaux plutôt qu’avec les livres. Une devanture représente une valeur; l’occuper par une brochure de faible prix, c’est immobiliser pour peu d’avantages une place trop considérable.

En Angleterre, les Smith sont les grands éditeurs de brochures à raison de leurs bibliothèques de gare. Pendant la guerre, ils publiaient peu. Leur objectif était exclusivement mercantile, ils faisaient paraître ce que le public demandait et non ce pour quoi une préparation du public était nécessaire.

Des concours sont parfois organisés pour l’établissement des meilleures brochure». Ainsi «L’Emulation agricole» organisa en 1908 un concours pour la rédaction de monographies contre l’abandon des campagnes. 787 monographies furent présentées. ###### 2. Monographie

  1. C’est la description d’un sujet, complète et à tous points de vue. C’est la mise en valeur de tous les documents, de tous les éléments d’information se rapportant à un sujet unique et limité de manière a en composer un portrait qui soit l’exacte ressemblance du modèle. [^a) Mascaret. Monographie des communes et des paroisses. // b) Michel Edmond. — Monographie d’un canton type: topographie, géologie, mœurs et coutumes, groupements sociaux. 1911, un vol. avec cartogrammes, graphiques et similigravures. 12 fr.]

On ne peut plus guère publier que des matériaux et il faut des laboratoires pour les élaborer. D’où le principe de la publication en éléments pouvant se réunir, formant une collection et le principe de répertoire sur fiches eu feuilles destinés à ordonner ces éléments en collections.

Une monographie en réunissant tout ce qui concerne un sujet est un travail d’analyse et de synthèse bibliographiques.

  1. Il y a des collections de monographies et des monographies publiées selon des plans systématiques.[^Les monographies des systèmes scolaires d’une cinquantaine de pays et les descriptions du développement, année par année, de certains d’entr’eux, publié dans l’Educational Yearbook (1924–1928).]

  2. Au degré le plus simple un document est une description qui peut elle-même être ramenée à une définition;[^Liard, Louis. — Définition géométrique et définition empirique.] plus simplement encore la définition est remplacée par le défini: le nom (mot, terme). L’énumération, le catalogue et le dictionnaire sont des collections de descriptions ou de noms.

La description, base essentielle de la monographie, est aussi un élément des divers types de publication.

Les descriptions des objets des sciences doivent èlre de plus en plus précises. Elles visent soit les caractères qu’il n’est pas possible de mesurer, soit la détermination des caractéristiques numériques (caractérisation). La question des descriptions est liée à celle des signalements.[^Ed. Jacky, — Traité de signalement des animaux domestiques. Nomenclature descriptive des expressions employées dans le signalement. Avec un tableau de l’âge des animaux domestiques d’après la dentition (fr. 1.50).]

En sciences naturelles, les descriptions se font conformément à des méthodes devenues habituelles.

Constamment les descriptions y sont renouvelées. Or de nouvelles espèces doivent être décrites. De lâ des refontes, des rééditions. Chaque espèce réçoit une «diagnose» suffisante et une figure qui mette en lumière ses caractères fondamentaux. Les dimensions sont exprimées suivant leur nature en mètre», millimètres ou microns (millièmes de millimètre) représentés par les lettres m, mm ou pi. Les descriptions dans certains ouvrages de sciences naturelles sont précédés de tables dichotomiques. (Ex. S. Garman, The Plagiostoma. Cambridge (Harvard) 1913.)

Dans les descriptions des objets, il faut des conventions pour désigner les positions décrites. Ainsi dans les descriptions anatomiques, l’animal est supposé placé verticalement, la tête en haut, la face ventrale en avant. Les termes haut, bas, avant, arrière ont donc les significations qu’implique cette orientation. Les termes droite et gauche s’appliquent toujours à (animal décrit sans tenir compte de la position de l’observateur.

  1. Le Congrès international de Navigation a demandé l’étude d’un formulaire clair, court, mais cependant suffisamment complet qui renfermerait les renseignements nécessaires pour définir les caractéristiques de chaque rivière, étudiée au double point de vue de son régime et des besoins de la navigation.[^Voir rapport M. V. E. Timmof. — Bulletin de l’Association internationale permanente des Congrès de Navigation. Janvier 1930, p. 65.]

  2. Les mêmes considérations qui justifient la classification universelle et l’unification des formats conduisent directement au principe de la publication sous forme de monographie, c’est-à-dire d’éléments intellectuels unitaires, séparés, distinctement substitués aux recueils poly-graphiques ou tout au moins prenant place à côté d’eux. Il est désirable dans chaque science d’en arriver par entente internationale à un système de caractéristiques minimum à exiger pour une description scientifique (diagnose).

  3. Essai

C’est la composition concrète, généralement en prose, de caractère critique ou philosophique, sur une question bien délimitée et sans caractère dogmatique. On possède les œuvres d’essayistes célèbres: Montaigne, Francis

Bacon, Charles Lamb. de Guincey, Carlyle, Macaulay, Addison, Emerson, Sainte Beuve, Anatole France, Jules Lemaître, Paul Bourget, Emile Faguet.

H. Spencer a défini ainsi l’essai.» Au cours des années employées par moi à écrire diverses œuvres systématiques, de temps en temps ont surgi dans mon esprit des idées qui ne se prêtaient pas à entrer dans celles-ci. Beaucoup d’entr’elles ont trouvé place dans des articles publiés pour des revues et sont actuellement réunies dans les trois volumes de mes essais.»

A l’essai se rattache la conférence. Elle est généralement prononcée, mais sur écrit préalablement rédigé et elle est souvent publiée. Francisque Sarcey, qui n’aimait pas le genre, a dit: «C’est l’art de ne rien dire avec intérêt». La conférence scientifique est une leçon. La conférence littéraire consiste aussi en une sorte de leçon familière, actée, spirituelle, alerte et, la plupart du temps, improvisée. «C’est l’art d’amuser un public en buvant de l’eau sucrée – c’est l’art de faire de la causerie quelque chose qui soit a mi-chemin du discours et de la conversation.»

  1. Le livre

Le livre, de par ses divisions, pourrait être considéré comme l’unité normale placé entre la brochure, d’une part, et l’ouvrage d’ensemble, d’autre part.

Sur chaque question, de temps en temps, des ouvrages